Home >> Les notifications des pharmaciens augmentent de 20%

Les notifications des pharmaciens augmentent de 20%

Les notifications concernant les pharmaciens ont augmenté de 20% en 2013/14, soit plus que l’augmentation dans l’ensemble des professions médicales, révèle une nouvelle étude de l’AHPRA.

Les statistiques publiées dans le Rapport annuel 2013-2014 de l’AHPRA sur le système national d’homologation et d’accréditation montrent que 514 notifications ont été reçues contre des pharmaciens au cours de l’année, contre 429 en 2012/13.

Le pourcentage le plus élevé a été enregistré dans le Territoire du Nord (4,7%), le plus bas de l’ACT.

Dans toutes les professions, il y a eu plus de 10 000 notifications, soit une augmentation de 16% par rapport à l’année précédente. Le nombre de notifications impliquant des médecins a augmenté de 18%.

Au cours de l’année, le Bureau de la pharmacie a reçu 55 notifications obligatoires – 35 pour des raisons liées aux normes, 18 pour déficience, une pour alcool / drogues et une pour inconduite sexuelle.

Plus de la moitié des notifications obligatoires reçues par l’AHPRA étaient contre les infirmières / sages-femmes, et 31% impliquaient des médecins. Les pharmaciens représentaient cinq pour cent de ces notifications.

Des 41 cas obligatoires contre des pharmaciens qui ont été fermés pendant l’année, neuf ont fait l’objet d’une mise en garde ou d’une réprimande, trois ont été assortis de conditions, alors qu’un pharmacien a accepté la renonciation à son inscription, a été suspendu ou annulé .

Seulement quatre pour cent (131 au total) des pharmaciens qui ont subi des vérifications judiciaires au cours de l’année ont été jugés avoir des «résultats judiciaires révélables».

Dans un cas mis en évidence dans le rapport, une pharmacienne a déclaré ses antécédents criminels lorsqu’elle a demandé le renouvellement de son enregistrement. Ce record concerne la production et la possession de cannabis.