Home >> UE arrête son plan de restriction de la publicité sur le tabac

UE arrête son plan de restriction de la publicité sur le tabac

lundi, juin 25th, 2018 | Eric | Actualités de pharmacie

sévèrement édulcoré après avoir rencontré une opposition farouche d’un petit mais influent groupe de députés européens. Après avoir bloqué la législation proposée pendant 16 mois, la commission des affaires juridiques du Parlement européen a approuvé une série d’amendements plus tôt ce mois-ci qui enlèvent beaucoup Il insiste pour que les nouvelles règles ne couvrent pas la publicité indirecte (le l’étiquetage d’autres produits avec des marques de tabac) et devrait être limité aux cas avec des effets transfrontaliers significatifs et une exigence qui, par exemple, exempterait les stations de radio locales de l’interdiction de l’UE. le parrainage de programmes radiophoniques par le tabac ne serait interdit que si ceux-ci visent plus d’un pays. Les gouvernements auraient également la possibilité de restreindre la publicité aux publications destinées exclusivement au commerce du tabac. Les amendements ont été largement défendus par les députés européens allemands. Ils ont alarmé les militants de la santé, qui soutiennent que la législation est nécessaire pour décourager les jeunes de devenir très tôt dépendants du tabac grâce à la publicité, au marketing, au parrainage et à d’autres dispositifs promotionnels. Andrew Hayes, l’agent de liaison de l’UE pour l’Association des ligues européennes contre le cancer, a déclaré: “ Nous sommes très inquiets. La proposition était déjà très faible et la publicité indirecte est devenue une énorme lacune. Nous sommes également préoccupés par le fait que le projet de loi ne contient pas de clause de sauvegarde indiquant que les Etats membres peuvent aller plus loin pour des raisons de santé publique. Les partisans d’une interdiction plus complète de la publicité espèrent maintenant que Parlement lors de son vote sur la législation lors de sa session plénière de novembre à Strasbourg. Les nouvelles règles visent à combler le vide créé par la Cour de justice européenne lorsqu’elle a annulé la législation antérieure en octobre 2000, soutenant que certains aspects de l’interdiction de publicité dépassaient les compétences de l’Union européenne. La Commission européenne a rapidement présenté de nouvelles propositions la décision de la cour le mois de mai suivant. Cependant, afin de retarder l’approbation de la législation, la commission des affaires juridiques du parlement a pris 16 mois, au lieu des six habituels, pour donner son avis. Le BMA a été l’une des nombreuses organisations à critiquer les tactiques d’obstructionnisme.