Home >> Ernest Want

Ernest Want

Dr Ernest Want est décédé à la maison de soins de Park House, Bulwell, Nottingham , le 5 septembre, à l’âge de 94 ans. Au cours de sa carrière de 49 ans, il a été un réformateur inspiré et influent des services de Nottingham entre 1954 et 1971, lorsqu’il a siégé au conseil municipal. La vie de Want a été un récit extraordinaire de vicissitude initiale et de réalisation subséquente. et le succès suite à l’immigration dans ce pays de l’Inde dans les années 1920. Il est né à Mirpur au Cachemire en 1913 de famille hindoue. Sa mère est décédée peu de temps après sa naissance, et dès son plus jeune âge, il est monté à l’école Guru-Kul, un centre de formation hindi, dans la ville religieuse de Haridwar sur le Gange, au nord de l’Inde. L’école Guru-Kul a fourni une éducation à la caste brahmane en sanscrit et aux sciences. Bien que cette éducation fût très privilégiée, il la qualifia d’orphelinat en raison de son sentiment d’abandon par sa famille. À l’âge de 13 ans, son père l’emmena en bateau de Ceylan en Angleterre, où il fut adopté par son oncle et sa tante sans enfant. Son oncle, Kool-Want, avait gagné une bourse d’études à l’université d’Edimbourg au début du siècle pour étudier la médecine et travaillait comme médecin généraliste à Retford, Nottinghamshire, où il siégeait également au conseil local. Il a sans aucun doute contribué à façonner la future carrière professionnelle de son fils adoptif ainsi que son intérêt pour la politique locale. Il a étudié à East Retford Grammar School et a obtenu son diplôme en médecine et chirurgie à l’Université de Bristol en 1936. Il entra en médecine générale à Nottingham en 1939. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, il fut médecin régional de la défense civile de la ville et, en 1948, il devint président des conseils médicaux chargés d’évaluer les pensions de guerre et sa carrière politique a commencé en 1954, quand il a été élu au conseil municipal de Nottingham, et au cours des 17 prochaines années, il a siégé sur de nombreux comités d’autorité locale. Il est devenu échevin en 1963 et seigneur maire en 1971-2, ainsi que maire adjoint en 1970 et 1972. Sa principale contribution en tant que politicien était dans le domaine de la médecine, participant à toutes les facettes du Service national de santé, y compris Nottingham Comité de gestion de l’hôpital, conseils municipaux et de comté et exécutifs, comité médical local et président de l’autorité sanitaire locale. Il a encouragé et soutenu le développement d’une nouvelle école de médecine (maintenant l’hôpital universitaire du Queen’s Medical Center). Le premier centre de santé de Nottingham a été ouvert en 1967, et deux autres centres ont été construits sous ses auspices, un programme d’assistance étant établi à raison d’un par an pendant les années 70. La prestation du service de santé mentale de Nottingham doit beaucoup à son influence, sa principale réalisation étant la construction d’un nouveau centre de formation junior, le premier construit spécialement pour les enfants handicapés de la ville, ainsi que le projet d’un centre de formation pour adultes. érigé en 1972. Des plans pour trois foyers pour handicapés mentaux ont également été inclus dans ce programme. L’organisation des services infirmiers suivant des principes de gestion modernes a été envisagée sous sa présidence et des mesures ont été prises pour la mettre en application avant le rapport national Mayston de 1969 sur la réorganisation des soins infirmiers. En raison de ses antécédents, le Dr Want était très préoccupé par le problème des enfants immigrants à Nottingham et, sous sa direction, trois crèches ont été approuvées dans le cadre de Urban Aid pour la ville, dont la première en 1970 en tant que maire adjoint. En 1973, il se retire de la politique locale, mais continue de travailler comme médecin généraliste jusqu’à sa retraite en 1985. Passionné de sports (il rencontre sa future épouse à la patinoire de Nottingham), il aime jouer au tennis et, quand il atteint l’âge mûr, . Il a été membre du club de golf Beeston Fields pendant 30 ans et a continué à jouer jusqu’à la fin de ses années 80. Il a conservé un intérêt pour la boxe, découlant de son temps dans les années 1960 en tant que médecin sur appel au ring de l’association de boxe de Nottingham.Jean, sa femme à laquelle il était marié depuis 49 ans, est décédé en 1997. Il laisse dans le deuil ses deux enfants, Tricia et Christopher, et leurs familles.