Home >> Allégations de santé sur le cuivre dans l’eau

Allégations de santé sur le cuivre dans l’eau

« Les tuyaux en cuivre pourraient causer des maladies cardiaques et la maladie d’Alzheimer », explique le Daily Telegraph.

Cette histoire était basée sur une revue narrative qui présente la théorie selon laquelle l’excès de cuivre provenant de l’eau potable et des suppléments peut contribuer à la maladie d’Alzheimer et à d’autres maladies.

Cette revue a été réalisée par un auteur unique qui a présenté un petit échantillon d’études issues de ce domaine de recherche. Alors que la revue discute les rôles du cuivre et du fer dans la santé et la maladie, la plupart des preuves sont basées sur des études sur des animaux et des cellules. Aucune étude présentée dans cette revue n’a évalué directement si l’eau des tuyaux de cuivre contribue à la maladie d’Alzheimer ou aux maladies coronariennes. Le fer et le cuivre sont nécessaires pour un certain nombre de fonctions biologiques dans le corps.

D’où vient l’histoire?

Cette critique a été écrite par un seul auteur, George Brewer, de l’Université du Michigan Medical School. Il a été publié dans la revue à comité de lecture Chemical Research in Toxicology.

Le Daily Telegraph a couvert l’histoire, mais n’a pas indiqué que la recherche sous-jacente était un examen non systématique plutôt qu’une partie de la recherche primaire, comme les lecteurs peuvent le supposer. On ne sait pas dans quelle mesure la revue couvre la base de preuves sur ce sujet, ou si elle a omis des preuves qui contredisent les théories de l’auteur sur le sujet.

De quel type de recherche s’aggissait-t-il?

C’était une revue narrative des risques du cuivre et du fer pendant le vieillissement achatdecialis.com. Être un examen non systématique signifie qu’il peut omettre certaines recherches scientifiques qui pourraient aller à l’encontre de l’hypothèse du chercheur. Cet avis a été écrit par une seule personne. Cependant, pour assurer une interprétation équilibrée des preuves disponibles, plusieurs auteurs sont généralement tenus de rédiger une critique.

La majorité des études couvertes par l’étude étaient des études animales ou cellulaires, ce qui signifie que leur pertinence directe pour les humains est limitée.

Qu’est-ce que la recherche implique?

La revue présentait des études qui avaient montré une association entre la maladie et l’exposition au cuivre et au fer. Il a également proposé et discuté des mesures qui pourraient être prises pour limiter l’exposition au cuivre et au fer.

Quels ont été les résultats de base?

L’auteur a présenté une petite sélection d’études examinant comment le cuivre et le fer pourraient être associés aux problèmes de cognition, à l’artériosclérose, au diabète, à la maladie d’Alzheimer et à la maladie de Parkinson. Il a présenté une étude portant sur l’apport alimentaire en cuivre et en cognition. Il a constaté que les personnes ayant des apports élevés en cuivre et un régime riche en graisses avaient «perdu connaissance» plus rapidement que prévu. Les détails procéduraux de cette étude n’ont pas été donnés.

L’auteur a également discuté d’une étude qui a examiné comment les lapins atteints d’une affection similaire à la maladie d’Alzheimer avaient été affectés par le cuivre dans leur eau potable. L’étude aurait montré que dans ce modèle de la maladie d’Alzheimer chez le lapin, les lapins recevant de l’eau potable contenant de faibles concentrations de cuivre présentaient des symptômes plus graves que les lapins ayant reçu de l’eau exempte de cuivre. Les concentrations de cuivre dans l’eau ajoutée étaient 10 fois inférieures à la limite maximale de cuivre dans l’eau autorisée par l’Environmental Protection Agency aux États-Unis.

L’auteur a discuté de la possibilité que les tuyaux de cuivre contribuent aux niveaux de cuivre dans l’eau potable. L’étude n’a pas indiqué les concentrations de cuivre typiques dans l’eau qui est tirée des tuyaux de cuivre.

Comment le chercheur a-t-il interprété les résultats?

Le chercheur a conclu que le cuivre et le fer contribuent à une variété de maladies. Leur consommation doit être évitée en évitant les suppléments contenant du cuivre et en remplaçant les tuyaux en cuivre. Ils recommandent également que les niveaux de cuivre dans le sang des personnes doivent être surveillés.

Conclusion

Une immense quantité de recherches ont été menées sur les rôles du cuivre et du fer dans la santé et la maladie. En petites quantités, ces métaux sont essentiels pour le fonctionnement de nombreuses protéines dans notre corps. Mais leur rôle dans la maladie n’est toujours pas concluant. Cette revue non systématique présentait un très petit échantillon de cette recherche. Il a cité des études qui soutenaient les théories de l’auteur selon lesquelles le cuivre et le fer alimentaires sont toxiques et que d’autres suppléments devraient être évités. La majorité des études présentées portaient sur des animaux ou des cellules et la revue a extrapolé leurs résultats de façon extrapolable pour les humains.

Le rôle du cuivre et du fer dans la santé et la maladie présente un grand intérêt pour les chercheurs. Le cuivre et le fer sont présents dans de nombreux aliments, et cette revue ne fournit pas de preuves solides qu’un apport alimentaire normal ait un effet sur la maladie. Afin d’évaluer si l’apport excessif en cuivre ou en fer a un effet sur la maladie, une revue systématique représentant toutes les données disponibles dans ce domaine serait nécessaire.