Home >> Uniquement défavorisés

Uniquement défavorisés

L’article de Klitzman sur les interviews de médecins en tant que patients a mis en évidence des perspectives intéressantes et importantes sur la position du patient. Parfois, vu comme un avantage du travail par d’autres, je suggère que les médecins peuvent occuper une position désavantagée unique lorsqu’ils sont malades. Nous pouvons avoir du mal à prendre congé du travail, prendre le temps d’un collègue déjà occupé, et l’impossibilité de rester objectif sur notre propre condition (en général en minimisant les symptômes). Cette position est encore exagérée par la culpabilité de ne pas avoir pu gérer notre condition sans avoir recours à un collègue médecin. L’ensemble compliqué de la dynamique peut être encore exagéré si nous présentons avec une maladie dépressive ou d’autres conditions psychiatriques. Toute objectivité et perspicacité est révolue depuis longtemps, et les sentiments de culpabilité, de dévalorisation et d’inadéquation compliquent une présentation difficile mais affectent également la relation continue nécessaire au traitement. Nous pouvons également être anxieux d’avoir à entretenir une relation professionnelle avec notre médecin lorsque nous retournerons au travail. En tant que professionnel, je ne suis pas sûr que nous soyons suffisamment conscients (ou à l’aise) de la position du médecin malade. Craindre une éventuelle accusation de népotisme ne devrait pas nous empêcher de regarder de plus près.