Home >> Les patients pauvres aux instructions de dosage suivantes

Les patients pauvres aux instructions de dosage suivantes

Jusqu’à un tiers des patients sont incapables de suivre les instructions de dosage simples pour les médicaments rhumatologiques communs, les études de recherche australiennes.

L’étude portant sur plus de 220 patients dans deux cliniques de rhumatologie NSW montre que beaucoup ne pouvaient suivre les instructions de prescription écrites pour le tramadol, l’ibuprofène, la prednisone, le méthotrexate ou l’alendronate.

Un tiers des patients, qui parlent tous l’anglais comme première langue, ont fait des erreurs avec l’ibuprofène et 20% ont été incapables de doser correctement le méthotrexate. Les résultats étaient meilleurs pour les autres médicaments, bien qu’environ 5% étaient encore incapables de les doser correctement.

Il n’y avait aucune différence entre les patients ruraux et urbains, rapportent les chercheurs dirigés par le Dr Peter Wong, rhumatologue de l’école clinique rurale, UNSW.

Après avoir réussi un test de littératie standardisé, environ 15% des participants avaient un faible niveau d’alphabétisation, ce qui signifie qu’ils auraient du mal à lire et à comprendre la plupart des documents sur les patients.

Mais ce chiffre risque d’être sous-estimé, disent les chercheurs, puisque 20% des patients interrogés ont refusé de participer à l’enquête, certains sans doute embarrassés par leur niveau d’alphabétisation.

« Nos résultats sont préoccupants car ces médicaments sont couramment utilisés dans la pratique de la rhumatologie, et si pris de façon incorrecte peut entraîner des complications graves – même la mort », écrivent les chercheurs dans la revue Medicine.

Selon l’étude, les principaux facteurs de risque d’une mauvaise connaissance de la santé chez les anglophones sont le sexe masculin, le manque d’éducation universitaire, le chômage et l’incapacité à utiliser Internet.

Les chercheurs conseillent aux médecins d’utiliser un langage clair pour expliquer le dosage, souligner et répéter pas plus de trois points clés, et aussi utiliser la technique «enseigner» qui consiste à demander aux patients d’expliquer ou de démontrer ce qu’on leur a dit.