Home >> Réguler les régulateurs

Réguler les régulateurs

Le gouvernement britannique a prévu un nouveau conseil pour superviser les huit régulateurs statutaires des professionnels de la santé (voir encadré). Les plans pour le nouveau conseil général ont été évoqués dans le plan du NHS et soutenus par le récent rapport Kennedy sur la chirurgie cardiaque chez les enfants à la Bristol Royal Infirmary.3 , 4Sous les propositions, le nouveau Conseil pour la réglementation des professionnels de la santé va “ construire et gérer ” un cadre coordonné et cohérent pour la réglementation des professions de la santé. Il mettra les patients en premier et assurera des procédures ouvertes, transparentes et cohérentes au sein de chaque organisme de réglementation. Le conseil comprendra des représentants du public, des organismes de réglementation professionnelle et des personnes nommées par le gouvernement (qui seront majoritaires), y compris des membres du public et des gestionnaires de services de santé. Il sera dirigé par un président nommé, pour le premier mandat, par le secrétaire d’État. Le conseil pourra demander aux organismes de réglementation de modifier leurs procédures. renvoyer leurs décisions sur des cas individuels à la haute cour lorsqu’elle juge qu’un tel appel est dans l’intérêt public; et enquêter sur les allégations de mauvaise administration. Le conseil est le bienvenu, s’il est en retard, tente d’examiner comment les régulateurs des professionnels de la santé pourraient travailler plus étroitement ensemble. Cependant, le projet de loi et le document de consultation manquent de clarté dans quatre domaines: la vision, le but, la responsabilité et la place du conseil dans le système plus vaste de protection et de réparation du public. Il est donc difficile d’imaginer exactement comment il pourrait remodeler la réglementation, redéfinir le professionnalisme et permettre des changements dans la pratique clinique. Premièrement, la vision du conseil manque de clarté. Va-t-il simplement réglementer l’ancien ordre des organismes de réglementation professionnelle distincts pour chaque profession, ou va-t-il créer un avenir plus radicale? Le conseil confirme un changement de pouvoir permanent et bienvenu vers un partenariat entre le public, les professions et les services de santé, tous travaillant sous un examen politique. Mais il y a de la place pour une intention plus radicale. Le conseil pourrait marquer le début de la fin de la réglementation de la profession unique. Il pourrait être le précurseur d’un nouveau type de réglementation interprofessionnelle qui englobe la réalité des soins de santé en équipe et la main-d’œuvre plus flexible nécessaire pour l’offrir. Deuxièmement, en l’absence d’un avenir clair, il y a un manque de clarté objectif. Selon les propositions existantes, il s’agirait d’une organisation hybride avec des fonctions de régulation (responsabilisation des régulateurs professionnels), de la responsabilité de développer et de coordonner la politique de réglementation et de l’obligation d’agir sur les plaintes de mauvaise administration ou de référer indûment; décisions à la haute cour acidité de l’estomac. C’est une combinaison inconfortable et peu convaincante de rôles. Un organisme de développement politique a besoin d’un type de composition organisationnelle différent de celui d’un chien de garde indépendant. Troisièmement, les arrangements proposés pour la reddition de comptes manquent de considération. La suggestion que les régulateurs professionnels devraient rendre compte au nouveau conseil et par l’intermédiaire du conseil au parlement soulève plus de questions que de réponses. Cela peut être mieux que la responsabilité anachronique actuelle de tous, sauf le pharmacien et les organismes de réglementation des soins infirmiers au conseil privé, mais c’est un fudge insatisfaisant. Sans surprise, il s’agit d’un domaine qui a suscité une forte opposition de la part des organismes existants5. Il est difficile de voir comment le conseil peut demander officiellement aux régulateurs de rendre des comptes lorsque ces mêmes régulateurs seront membres du conseil. Liste des organes statutaires pour la réglementation des professionnels de la santé Conseil central des soins infirmiers, obstétricaux et de la santé du Royaume-Uni (En avril 2002, un nouveau Conseil des soins infirmiers et obstétricaux remplacera l’UKCC bien que sa tâche principale soit de réglementer les infirmières. les sages-femmes et les visiteurs de la santé resteront les mêmes.) Conseil médical général (www.gmc-uk.org) Conseil des professions complémentaires à la médecine (www.cpsm.org.uk) (En avril 2002, le Conseil des professions de la santé Le nouveau conseil réglementera les art thérapeutes, les podologues, les cliniciens, les diététistes, les scientifiques, les ergothérapeutes, les orthoptistes, les ambulanciers paramédicaux, les physiothérapeutes, les prothésistes et les orthésistes, les radiographes et les orthophonistes. ) Conseil général d’ostéopathie (www.osteopathy.org.uk) Conseil général de chiropractie (www.gcc-uk.org) Conseil dentaire général (www.gdc-uk.org) Conseil général d’optique (www.opti cal.org) Société Royale Pharmaceutique de Grande-Bretagne (www.rpsgb.org.uk)