Home >> Les nuisances de crachat

Les nuisances de crachat

Les autorités policières de New York semblent maintenant faire preuve de sérieux dans l’exécution des décrets municipaux interdisant l’expectoration dans les lieux publics. Tout récemment, dix hommes bien habillés ont reçu une amende de deux dollars chacun pour avoir craché dans l’une des stations de métro. Les personnes qui n’ont pas assez d’argent pour payer l’amende sont envoyées en prison, procédure qui aura probablement une influence éducative salutaire sur l’esprit du public. Les gardiens de certaines des prisons du tribunal de police disent qu’ils ont plus de cracheurs publics sous leur garde que toute autre catégorie de délinquants. Dans certains tribunaux, le nombre moyen d’accusations de ce genre traitées quotidiennement est d’environ une demi-douzaine. Quand nos autorités civiles suivront-elles l’excellent exemple de New York, et au lieu de laisser à la discrétion des omnibus et des compagnies de chemin de fer de publier des avis modérément décourageants, se mettent résolument à réprimer la pratique répugnante et nocive? (BMJ

1905; i: 205a)